Autres émissions

Réécoutez le podcast du « 18-19 du vendredi » de ce 23 juin : une nouvelle formule avec un premier invité

Réécoutez le podcast du « 18-19 du vendredi » de ce 23 juin : une nouvelle formule avec un premier invité

« 18-19 du vendredi », l’émission présentée en direct par Baptiste Dubois

Chaque vendredi de 18h à 19h en direct, ce nouveau RDV sur Otoradio permet de découvrir les nouveautés musicales de la semaine ou de recevoir un invité pour une émission thématique.

C’était le cas ce vendredi 23 juin 2017 avec le premier invité, Philippe Lorette, journaliste et auteur du roman « La saison commençait » (Ballade pour Jean-Pierre Ducasse), un ouvrage doublement primé qui retrace l’histoire de l’ascension du jeune cycliste espoir français et Arcueillais Jean-Pierre Ducasse, à partir de 1963. Une ascension qui se terminera tragiquement avec sa mort accidentelle en 1969, alors qu’il n’est âgé que de 24 ans.

Cet ouvrage a été récompensé par le prix Louis Nucéra 2017 et par le prix CulturSport 2016

Durant cette émission diffusée vendredi 23 en direct à 18h sur Otoradio.com, nous avons eu l’occasion de revenir sur la passion de son auteur pour le cyclisme (à 8 jours du départ du Tour de France 2017 en Belgique) et sur cette époque des années 60, entre chansons françaises et nostalgie d’une époque que beaucoup considèrent comme l’une des plus « idylliques » du siècle dernier.

 

La couverture du livre de Philippe Lorette, paru aux éditions Le pas d’Oiseau

 

En savoir plus sur l’ouvrage et son auteur, Philippe Lorette, avec le texte de la quatrième de couverture :

1969, c’est l’âge d’or du vélo. L’âge d’or tout court. Ou bien est-ce déjà la fin ? Elle est finie la belle histoire avait chanté Petula Clark. C’est ce qui arrive ce 19 février 1969 sur la Côte d’Azur avec la disparition soudaine, à vingt-quatre ans, du coureur cycliste Jean-Pierre Ducasse. Disparition synonyme de dépeuplement pour le narrateur, le gamin fan de son « JP », son champion rencontré à l’automne 63, à l’heure des promesses, sur les hauteurs d’Arcueil. Ma jeunesse fout l’camp regrettait Françoise Hardy, comme la jeunesse de Ducasse et de son fidèle supporter, comme la candeur de cette glorieuse décennie révélée à travers le prisme du vélo.

« Les champions sont faits pour être aimés, les moins champions sont faits pour être aimés davantage. C’est bien une tranche de France populaire que ce livre nous propose, vue à travers le beau maillot amarillo du jeune Jean-Pierre Ducasse au sombre et vaillant destin. » Paul Fournel

Ado des années soixante-dix, charmé par Sylvie Vartan, enivré par The Who, Philippe Lorette – aujourd’hui journaliste – revisite les sixties (BB, le Général, Chapeau melon et bottes de cuir…), un peu pour comprendre et beaucoup pour se délecter de cette fascinante et insouciante époque des idoles. Ami fidèle de la petite reine, il a choisi le cyclisme comme vecteur météorique de son récit nostalgique.

 

Quelques liens :

La saison commençait

Philippe Lorette, invitée aux 10 ans d’Otoradio

Interview de Philippe Lorette par Le Parisien

L’article paru dans le mensuel municipal d’Arcueil

Baptiste

juin 20th, 2017

One comment

One Comment

  1. Cocquebert says:

    J’ai lu ce livre,je l’ai trouvé intéressant pour l’époque évoqué et l’histoire de ce jeune magnifiquement raconte et qui se termine hélas, tragiquement. Du coup je lui ai rendu visite, méditant sur sa tombe ou quelques témoignages d’amitie figurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *