Chroniques

Oto découverte avec Baptiste : l’album « 24K Magic » de Bruno Mars

Oto découverte avec Baptiste : l’album « 24K Magic » de Bruno Mars

Oto Découverte de Baptiste #5 : le nouvel album de Bruno Mars « 24K Magic » (2016)

Présentée par Baptiste Dubois
A partir du 5 décembre 2016
A écouter chaque mardi & jeudi à 8h et 20h ; mercredi & vendredi à 7h et 17h et le week-end à 12h

Pour cette nouvelle formule d’Oto Découverte avec Baptiste, découvrez un nouvel album et un avis (celui de Baptiste).

Bruno Mars, le chanteur hawaïen de 31 ans

« 24K Magic » (sorti le 18 novembre 2016), est le troisième album du chanteur.

Retrouvez la critique de Baptiste sur ce nouvel album de Bruno Mars, disséqué pour vous, titre après titre.

 

Pochette de l'album "24K Magic"

Pochette de l’album « 24K Magic »

 

1. « 24K Magic » est le single titre de l’album. Dévoilé depuis plusieurs semaines comme bande-annonce de l’album à lui tout seul, il a déferlé en masse sur les ondes et dans les têtes et truste depuis les premières places des ventes de singles en France. Bruno Mars nous dévoile sur un rythme funky convaincant un titre qui traite d’argent et de filles et qui fleur bon le funk des années 70. Efficace et groovy, le titre n’atteint pas pour autant pas le flow dévastateur de son tube planétaire de 2015 « Uptown Funk » qu’il partagait alors avec Mark Ronson. On ne peut s’empêcher de comparer les deux titres, tant l’énergie déployée autant dans le son que dans le clip semblent similaires. Léger désavantage ici au titre 24K Magic, qui reste pourtant réussi, entrainant et communicatif.

2. « Chunky » démarre avec un son très funk, plus épuré, mais toujours dansant. Et c’est bien la fête bien entouré que Bruno Mars nous promet et pas autre chose : « If you ain’t here to party, take your ass back home » (Si tu n’es pas là pour faire la fête, alors ramène tes fesses à la maison). Le refrain nous invite donc à se balancer sur le dancefloor, comme au bon vieux temps. Force est de constater ici que le rythme et la voix de Bruno Mars se marient très bien et font de ce « Chunky » un morceau plaisant.

3. « Perm » raisonne dès le départ comme un titre qui nous rappelle le roi de la funk, James Brown ! Impossible ici de ne pas faire le rapprochement tant le titre reprant tous les artifices : Instrumentale groovy, petits cris, paroles parfois décalées du beat. Nous voici revenant au temps de « Get up » pour quelques minutes avec ce morceau. Le titre ne souffre d’aucun temps mort, est bien produit, mais manque d’une mélodie insistante pour rester gravé dans nos têtes. On est, au choix, soit heureux de retrouver un son quasiment disparu et bien ressuscité ici, soit assez blasé de constater que Bruno Mars marche ouvertement sur les plates-bandes de feu « Mister Dynamite ». Chacun se fera son avis.

4. « That’s What I Like », ralentit le tempo et se veut plus R&B. Le thème reste le même : romance et paillettes. « Gold jewelry shining so bright / Strawberry Champagne on ice / Lucky for you, that’s what I like».  (Bijoux en or si brillant / Fraise, Champagne et glace / Tu as de la chance, c’est ce que j’aime). Plus lent, tout en restant énergique dans sa voix, Bruno Mars reste cohérent dans ce style « Hollywood Stars ». Cela manque un peu de variété thématique mais après tout pourquoi pas ! Le morceau a le bon goût de proposer un refrain tempéré assez mélodieux pour que l’ambiance générale du titre soit suffisamment agréable.

5. « Versace on the Floor » est la ballade sensuelle de l’album. Deuxième single dévoilé quelques jours avant la sortie de l’album, Bruno Mars dévoile ici un morceau sensible et glamour, comme il nous en a déjà apporté par le passé. Bien écrit et bien interprété, le tout séduit et on pense cette fois-ci aux meilleures ballades de Michael Jackson. On regrettera peut-être les synthés un peu trop présents sur la fin du titre, qui aurait gagné à être un brin moins produit pour tirer au maximum sur le côté « émotion ».

6. « Straight Up & Down » au tempo tranquille, toujours teinté de groove d’une autre époque, n’est pas vraiment à la hauteur et l’on s’ennuie un peu malgré les efforts des chœurs et d’autres effets vocaux déployés. On remarque ici plus qu’ailleurs que Bruno Mars a la fâcheuse tendance en fin de chansons de monter la tonalité de sa voix haut, jusqu’à atteindre sa tonalité de voix maximum. C’est parfois un peu désagréable. Et ça ne sert pas ce titre qui n’avait pas en plus besoin de ça.

7. « Calling All My Lovelies », où quand Bruno Mars joue avec technique vocale, sa tonalité et son timbre de voix. On est ici encore en présence d’un titre qu’on oubliera assez vite. Teinté soul, se voulant romantique, le morceau se perd dans les tentatives du chanteur de vouloir en faire trop vocalement. On passe volontiers son tour et même les paroles passent presque inaperçues.

8. « Finesse » nous renvoie encore dans le passé, mais pas de la plus belle des manières. Une instrumentale datée et grossière pousse le chanteur vers une imperfection peu coutumière. Le titre n’est autre qu’un énième morceau déjà vu, déjà produit mille fois. On s’ennuie, on souffre un peu même. Non, Mr Bruno Mars, ce n’est pas ce qu’on attend de vous.

9. « Too Good to Say Goodbye » est une ballade (trop) classique où les couplets et les prés-refrains sont assez bien interprétés, avec émotion et intention. Sur les refrains, le chanteur en fait toujours trop, et ça finit par s’entendre et devenir fâcheux. Même si le titre reste bien produit, il ne sera pas au panthéon de la discographie du chanteur. Dommage.

Conclusion :

Très attendu depuis 4 ans et son dernier album sorti en décembre 2012, ce troisième album de Bruno Mars n’est pas vraiment à la hauteur. Avec 9 titres, le chanteur américain de 31 ans propose une première moitié d’album correcte et bien produite, aux relans funk et groovy, surfant sur son statut de digne héritier de James Brown ou de Michael Jackson. Mais étonnamment, il déçoit entièrement sur la seconde moitié de l’opus avec des titres ennuyeux voire médiocres. C’est une déception car l’artiste talentueux était attendu au tournant et le moins que l’on puisse dire est que la moisson de ce 24K Magic est bien maigre. Aucun titre (excepté le single « 24K Magic ») ne semble réellement se détacher pour devenir un futur tube, et le plus décevant est que Bruno Mars semble avoir livré quelques-uns de ses plus mauvais morceaux avec ce troisième album.

 

Baptiste

décembre 7th, 2016

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *