Culture locale sur ... Bagneux

Hélène Daurel lit à la Librairie Dampierre à Bagneux

Le Testament de Vanda de Jean-Pierre Siméon lu par Hélène Daurel

Lecture diffusée le lundi 24 mai à 19h

A l’occasion de la Fête des Libraires Indépendants, vendredi 23 avril 2010, je suis allée lire chez José-Manuel Ulloa, librairie Dampierre, 9 rue Henri Ravera, à Bagneux (92)

C’est un chic type qui a ouvert sa librairie à la « lecture à voix haute ». Vous pouvez lui demander n’importe quel ouvrage, il se débrouillera pour vous le dénicher.

Environ une fois par trimestre, je lis des nouvelles, des romans d’auteurs contemporains ou classiques devant un public amoureux de la lecture à voix haute.
Le 23 avril dernier, j’ai lu : Le testament de Vanda de Jean-Pierre Siméon, publié en 2009 aux éditions Les solitaires intempestifs.

« C’est une histoire banale de notre temps : une femme avec son bébé dans un centre de rétention. Elle a tout traversé : la guerre, l’amour perdu, le viol, les frontières interdites, l’errance, la misère, le rejet. Elle ne peut plus rien, ni le pas en arrière, ni le pas en avant. Elle a décidé d’en finir puisqu’elle n’a plus lieu d’être. Son legs à l’enfant : sa disparition, l’absence définitive qui est effacement de trop de douleurs, d’humiliations, de trop de mémoire. L’histoire de Vanda, c’est l’histoire de tous ces hommes-sans, sans patrie, sans papiers, sans logis, sans droits, sans avenir, ce peuple d’ombres effarées dont nos sociétés ne savent que faire».

Jean-Pierre Siméon.

A la fin de la lecture, le public porté par cette écriture si émouvante, posait des questions sur l’auteur dont l’une revenait sans cesse « comment un homme pouvait écrire au féminin ? »

Voici ce que dit Jean-Pierre Siméon :
« Ma réponse est : non, pas de témoignages, d’enquêtes, de « documentation » , de stages en association etc … C’est seulement le premier travail du poète d’être attentif et ultra sensible à l’autre, d’être  « poreux » au monde et de tenter d’être juste humainement d’abord puis dans la langue. J’assume aussi volontiers un féminisme qui n’est que la conscience de l’injustice faite aux femmes encore et toujours dans notre société façonnée par et pour l’homme ! »

Propos rédigé par Hélène Daurel. Hélène Daurel est comédienne et formatrice en lecture à voix haute. Retrouvez les rompols d’Hélène Daurel dans l’émission Culture & Découverte

helene daurel

mai 24th, 2010

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *