Emission politique

Financement des projets des candidats d’Arcueil – débat municipales 2020

Financement des projets des candidats d’Arcueil – débat municipales 2020

Dernier thème du débat proposé par le candidat Christian Métairie

La fiscalité et les finances de la ville d’Arcueil

Crédit Photo : Virginie Ideal (94 Citoyens) – Ecouter le débat de l’entre-2-tours en intégralité

En introduction, après un retour sur la dette de la ville moins importante que la moyenne nationale.

Christian Métairie présente les pertes de budget de la ville particulièrement en raison des baisses de la dotation de l’état et de la crise économique du Covid-19 mais affirme qu’il n’aura pas d’augmentation des impôts locaux durant le mandat, tout comme Benoit Joseph Onambélé.

“Je ne suis pas sûr qu’il y ait un maire qui sache comment il va gérer le problème financier du coronavirus” mais évoque des recettes supplémentaires.

Benoit Joseph Onambélé souhaite un audit financier et patrimonial et évoque son plan pour les 3 crèches voulus et le commissariat de police dans la ville.

Echanges vifs sur le revenu minimum garanti

Christian Métairie souhaite proposer une aide complémentaire appelée le revenu minimum garanti pour sortir les Arcueillais sous le seuil de pauvreté (1041€ pour une personne seule en 2017 selon l’INSEE – correspondant à 60% du niveau de vie médian en France). Pour le candidat, l’estimation du budget est de l’ordre de 500.000 € alors que Benoit Joseph Onambélé l’estime à 19 millions d’euros par an.

Comment expliquer ce gap ? Nous n’arriverons pas à obtenir la réponse pendant le débat.

Benoit Joseph Onambélé tient compte de 14% d’Arcueillais sous le seuil de pauvreté ayant besoin de l’aide. Christian Métairie évoque le droit au non recours qui peut réduire le nombre de demandeurs.

Hors débat, nous nous sommes penché sur la question. Le taux de pauvreté à Arcueil en 2017 est de 17% en 2017 (chiffre INSEE). Cela concerne environ 1500 ménages sur la communes en 2017 ou environ 3700 personnes. Le calcul se complexifie car ce chiffre tient compte des mineures alors que seulement les adultes pourraient toucher cette aide. Selon une autre source (ville-data), on peut déterminer qu’il y a 5500 enfants de moins de 20 ans en 2015. Soit, par hypothèse, environ 2700 Arcueillais de 20 ans ou plus sous le seuil de pauvreté en excluant les enfants.

L’inconnu est de déterminer combien chaque personne seule ou chaque foyer doit toucher pour sortir du seuil de pauvreté. On atteint la limite du calcul. Cependant, en partant du budget alloué par le candidat, on peut calculer en moyenne combien cela représente pour chaque Arcueillais (dans l’hypothèse ci-dessus). Pour 500.000€ annuellement, cela représente 15€ par mois en moyenne pour chaque Arcueillais. Cela est dérisoire et ne suffit pas pour sortir du seuil de pauvreté.

L’initiative est pourtant déjà expérimentée dans la commune de Grande Synthe (dans le Nord) frappée par un taux plus important de pauvreté (33%). En 2019, le précédent maire écologiste montre un premier bilan positif et s’explique dans le JDD sans permettre de comprendre le calcul du coût sur une année pleine et sur la totalité des personnes en difficulté.

Malheureusement, nous pouvons craindre que la crise économique suite à la Covid-19 aggrave la pauvreté. Nous aurons donc l’occasion de reparler de cette initiative hors campagne électorale.

Ecoutez cette partie du débat :

Alexis

juin 26th, 2020

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.